Come and celebrate EXPO 67

40th ANNIVERSARY !          

             
                                               
                                           
                                         
                                               
                                               
                                                     
Que dire d'Expo 67 sinon qu'elle est le plus beau souvenir de mon enfance. En fait, elle est pour moi le plus beau souvenir qu'un enfant puisse avoir. Je suis bien contente d'être née à la bonne époque et d'avoir vu l'Expo avec mes yeux d'enfant de 5 ans. Comme la compagnie pour qui mon père travaillait était en grève cet été-là, nous allions à l'Expo au moins une fois par semaine. Ce qui a fait que les souvenirs d’Expo se sont bien ancrés en moi. Expo 67 a façonné ma personnalité et a fait de moi une amoureuse du futur, du moins celui que l'on nous prédisait à cette époque. Elle est responsable de ma passion pour le design moderne des 60s et 70s. C’est à l’Expo où j’ai fait connaissance avec l’art abstrait et mon pavillon préféré est sans hésitation le pavillon de la France où j’aurais voulu passer tout mon temps. C’est là que j’ai vu mes premiers meubles en plastique moulé aux formes intrigantes et si nouvelles. Également, l’installation (dont j’ai oublié le nom exacte) qui consistait en une musique électronique synchronisée à un jeu de lumières (flash) dans des tubes fixés sur des câbles qui partaient du plafond était tout à fait magique et je me souviens supplier mes parents pour rester un peu plus longtemps afin de pouvoir contempler cet étrange ballet visuel et sonore tout à fait hypnotique. Expo 67 avec son optimisme nous laissait croire à un futur meilleur (c'est du moins la perception que j'en avais). L’Expo, c’était un chronogyre qui nous a permis de vivre un futur qui n’aura jamais existé. Lorsque je pense à l’Expo je ne peux m’empêcher d’être triste lorsque je vois qu’il reste si peu de vestiges physiques. Parfois, les générations post-Expo doivent croire que nous avons tous halluciné collectivement. Je trouve que le 40e anniversaire nous laisse un peu sur notre faim. Dommage..... Il nous reste à espérer pour un 50e plus exctitant.                          
                                                             
Photos on this page are courtesy of Bill Cotter                                      
                                                             
Free Web Counter
Free Hit Counter